Le Master en formation chez EY société d’avocats

Le Master en Formation chez EY société d’avocats


L’Association du Master ainsi que l’ensemble de la Promotion 2017 remercient chaleureusement Stéphane Baller pour sa prestation très enrichissante et l’intérêt qu’il porte à notre formation.

« Si j’ai bien fait mon travail, vous me détesterez à la fin de la formation ».

Son approche décapante et piquante n’a pas réussi à nous le faire détester comme il s’amuse à le prédire avant ses interventions. Un signe pour une prochaine rencontre ?


L’année 2017 a débuté en beauté pour les étudiants nanterrois du Master 2 Droit des Affaires. Ces derniers ont été conviés à la Tour First pour participer à deux demi-journées de formation (les 4 et 6 Janvier 2017) sous la direction dynamique de maître Stéphane Baller, associé Directeur du Développement chez EY.

Au cours de ces deux matinées, les étudiants se sont vus délivrer des conseils de présentation, de rédaction du mémoire et des clefs pour anticiper l’évolution du marché du droit.

Ces deux demi-journées s’inscrivant dans le cadre d’une instauration de partenariat entre EY et l’Association du Master, nous ne pouvons que nous réjouir de cette belle coopération.

Le CV et la LM : instruments de présentation

Nous avons ainsi abordé les difficultés bien connues que l’on rencontre dans l’exercice délicat de la rédaction d’une lettre de motivation et d’un curriculum vitae.

Maître Baller nous a rappelé que le fondement de cet exercice est la connaissance de sa personne et de ses qualités et faiblesses. Il faut, en effet, réaliser un travail introspectif pour déterminer quelle vision nous avons de nous pour délivrer une présentation authentique et efficace. Il est également nécessaire de s’interroger sur la manière dont les autres nous perçoivent : sur l’image que nous renvoyons autour de nous.

Les étudiants n’ont pas tous le réflexe de pousser aussi loin l’analyse de leur « moi », et cela se ressent à la lecture de ces documents-sésame que sont le CV et la lettre de motivation.

S’agissant de la démonstration de notre motivation, la connaissance de l’entité dans laquelle on souhaite travailler est impérative. Comment prouver sa volonté de faire partie de la maison alors qu’on n’a qu’une idée vague de ce que cette maison est réellement ? Le juriste le sait : il faut justifier tout ce qui est avancé.

A l’instar des atouts de l’entreprise ou du cabinet, il est inutile d’énumérer nos qualités si l’on est incapable de s’appuyer sur des faits les illustrant.

Vous êtes autonome, dynamique ? L’employeur ne demande qu’à vous croire, mais il ne le fera que si vous pouvez préciser que vous avez gagné en autonomie au détour d’un voyage à l’étranger, d’un stage, ou même d’un emploi saisonnier, qui exigeait cette faculté. Vous devez être en mesure de tout justifier !

Maître Baller nous a ouvert les yeux sur l’importance de la partie «centres d’intérêt » du CV. Il est fréquent d’énumérer quelques unes de nos activités extra-scolaires sans plus de précision. Erreur ! Ce petit encart est finalement l’âme de notre CV. La formation, les stages, les compétences linguistiques, ne sont pas des éléments qui permettent de démontrer notre originalité ! C’est ici, à la fin du CV, qu’il faut raconter notre personne, nos passions ! Et peut-être révèleront-elles un point commun avec la personne qui nous lit ? Un sujet de conversation à l’entretien ?

Concernant la forme des ces documents, il est indispensable de respecter certains codes, à défaut de quoi, la sentence peut être rude : le CV et la lettre de motivation atterrissent dans la corbeille.

Le traditionnel soin apporté à l’orthographe et à la syntaxe est donc un élément déterminant pour l’issue d’une candidature.

Une lettre ou un CV ne doit pas excéder une page. C’est d’ailleurs un bon moyen de faire le tri entre les informations utiles et celles qui ne le sont pas. Le CV se doit d’être clair, lisible et aéré, tandis que la lettre de motivation devra être synthétique, mettant en exergue que les éléments percutants et pertinents.

Par ailleurs, il est important de rappeler l’importance de présenter des informations à jour. N’oubliez pas qu’une simple erreur d’adresse mail est rédhibitoire…

Marché du Droit : les perspectives

En quelques mots : curiosité, anticipation et recherches d’informations. Tenez vous à la page !

Quels sont les cents premiers cabinets au regard du chiffre d’affaire par associé, du nombre de pays d’implantation … ?

Quelles sont les évolutions des structures ? Quels cabinets opèrent un rapprochement ? Quels cabinets voient leur effectif diminuer ?

La prise de conscience des changements de notre époque est indispensable. Les métiers du droit sont en pleine évolution. Les nouvelles technologiques ne laissent pas inchangé le mode d’exercice de ces professions. Non, l’avocat ne devient pas inutile du fait de l’ubérisation de la profession. L’avocat ne doit plus dire le droit, comme originairement, l’avocat devra prédire le droit.

L’anticipation est la clef : il faut pouvoir opérer des montages qui résisteront aux modifications législatives impulsées par le droit de l’UE, le droit étranger et le droit interne.

Il nous faut mettre en place des stratégies qui prennent en compte les aléas législatifs futurs : c’est ici la valeur ajoutée de l’avocat ou du juriste.

Un mot d’ordre : anticipez l’avenir !

Pour être en phase avec soi-même, nous avons été invités à nous interroger sur notre vocation, sur la vie que l’on veut construire. Un avocat en droit international, en M&A par exemple, est soumis aux différents fuseaux horaires des pays d’implantations des entreprises qu’il conseille. Manque de sommeil, missions de dernière minute impératives… les nuits et les week-ends au bureau ne doivent pas effrayer !

Quantité d’opportunités s’offrent à nous. Dynamisme, curiosité et volontariat sont les qualités à avoir ou à développer pour profiter de ce nouveau monde plein de possibilités, cet univers des start-up…

Rédaction d’un mémoire

Un mémoire bien ficelé, loin d’être réservé aux chercheurs, peut se révéler être un atout majeur ! Il est la preuve de nos compétences, de notre curiosité, de notre esprit de réflexion.

Mémoire de recherche, mémoire de stage : chacun d’eux est une occasion de travailler un sujet de prédilection, un sujet en vogue ou bientôt en vogue…

Le stagiaire pourra contribuer à l’élaboration d’une réponse à la problématique qui tourmentait son maître de stage… En recherche, l’étudiant est invité à aller sur le terrain pour agrémenter son œuvre de réflexions pratiques : Mon sujet constitue-t-il un véritable problème dans la vie des affaires ?

Concrètement, il faut dépasser l’aspect « devoir » pour faire de son mémoire un travail dynamique qui nous passionne !Il sera d’autant plus facile d’en parler au cours d’un entretien et de s’appuyer sur le mémoire pour justifier/démontrer certaines de nos qualités.

Les étudiants se sont vus remettre une méthodologie élaborée par EY et la Grande Ecole du Droit de rédaction d’un mémoire, tout pour faire du mémoire un vrai faire-valoir au professionnel en devenir !